Escape game au Musée Guimet

Neuvième et dernière étape : les années 1990 et le Panthéon bouddhique

La vieille déshabilleuse
Photo (C) RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Thierry Ollivier

De nouveaux travaux sont lancés dans les années 1990 qui correspondent davantage aux volontés de Guimet. Pour preuve, l’ouverture du Panthéon bouddhique. On veut permettre au musée de s’affirmer comme grand centre de connaissance des civilisations asiatiques en Europe.

Il est située dans l’ancien hôtel particulier d’Alfred Heidelbach (1852-1922), banquier, président de la chambre de commerce des Etats-Unis à Paris.

En octobre 1876, Emile Guimet se rend avec Félix Régamey au temple du Tôji de Kyoto. Il est particulièrement frappé par le mandala du temple, un des plus anciens du Japon (Période Heian, VIIIème siècle). Il commande alors une réplique du mandala en la pensant comme la pièce maîtresse de sa collection présentée à l’Exposition Universelle de 1878.

Le Kodo, salle qui abrite le mandala du Tōji Photo (C) hiyang sur flickr

L’abbé de Tôji confie cette mission à Yamamoto Yōsuke qui réalise les statues en pièces réduites alors que les originales se déploient sur plus de 35 mètres de long.

Le Mandala du Tōji, au premier étage du musée de Lyon, 1882.
Photo (C) MNAAG, Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Mais cet ensemble constitue aussi la pièce maîtresse des collections du musée de Lyon et de celui de Paris, installé dans le pavillon central, sous une mezzanine baignée d’un éclairage zénithal, selon une mise en scène théâtrale conçue spécialement pour lui.

Un mandala, dans la religion bouddhique, est la représentation d’un ensemble cohérent de divinités agencées méticuleusement, qui permet au fidèle de progresser dans ses accomplissements religieux. Il s’agit ici d’un mandala de type kongokai.

Le mandala du musée comprend aujourd’hui 23 statues alors que deux œuvres n’ont pas été reproduites et que quatre ont été ajoutées.

Enigme : interprétons le panthéon !

/!\ Si une fenêtre interactive avec un message « consigne » n’apparaît pas, vous pouvez vous rendre sur le site du jeu grâce à ce lien /!\

Deuxième jeu : Il ne reste que quelques heures avant la réouverture… Vite, il faut ranger les statuettes !

/!\ Si vous ne voyez pas non plus la seconde fenêtre, voilà lien vers le deuxième jeu /!\

Félicitations, vous avez pu commencer à gratter la surface de la cosmologie bouddhique ! Si ça vous intéresse, vous pouvez vous amuser à retrouver dans l’image les divinités que vous avez identifiées.

Le panthéon du Tôji, par Yamamoto Yosuke, 1876.
Photo ©  PHGCOM

Nous y sommes enfin ! Il semble que Guimet soit satisfait : les directeurs successifs du musée ne l’ont pas oublié.

Voilà Guimet rasséréné, il n’a plus cœur à maintenir le saut temporel. Un sourire se forme sur ses lèvres alors que sa silhouette disparaît peu à peu dans l’atmosphère…

Il est temps de rentrer en 2020 !

Un avis sur « Escape game au Musée Guimet »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :